Rechercher
  • Marina Martin

Les Doctoriales

Université d'Avignon

Cette semaine, jeudi 6 décembre, j’ai eu l’honneur d’être intervenante aux Doctoriales 2018 de l’université d’Avignon.


Une journée qui rassemblait les doctorants en géographie, histoire et communication pour leur permettre d’échanger autour de leurs sujets de thèses et des problématiques liées au doctorat et au monde de la recherche.


Arrivée sur le campus, petite appréhension que le vigile ne me laisse pas entrer vu le matériel que je trimbalais dans mon sac pour les exercices.


Rencontre avec les doctorants. Avec des sujets plus variés et surprenants les uns que les autres, chacun est un peu dans sa bulle qu’il s’est créé pour ces 3 ans.


Et pourtant ils sortent la tête de leur thèse pour exprimer leurs problématiques.

La solitude, savoir gérer leur temps, leurs heures de sommeil, conserver une vie personnelle, accepter de se perdre tout en gardant le cap sur leur objectif, faire la part des choses entre le perso et le pro, accepter ce que leur sujet touche de personnel chez eux, les failles que ce travail révèle, tout en sachant distinguer ce qu’il est plus pertinent de développer ou de laisser. Et puis aussi l’inconnu, les doutes, la pression ressentie, ne pas vouloir décevoir l’entourage ni soi-même, sa confiance mise à rude épreuve…


Cet atelier interactif «apprivoiser son stress en doctorat » a été une aventure des deux côtés, deux univers qui se sont découverts avec une curiosité bienveillante.

Et malgré quelques appréhensions ils ont joué le jeu.


J’avais tiré cette conclusion depuis longtemps en séance individuelle : tout ce qui est préparé ne servira probablement pas au cours de la séance. Mais pour un groupe j’ai quand même retenté le coup du préparé. Bien que m’étant renseignée auprès d’une des doctorantes il a fallût de nombreux ajustements pour coller davantage à la réalité du moment.


Avec de la patience des deux côtés nous avons réussis à poser des mots sur leurs difficultés, trouver les ressources à développer qui les aideront à poursuivre leur travail, appliquer quelques outils à utiliser dans leur quotidien, Pavlov a été cité, des peurs dépassées. Et chacun est reparti avec sa cordelette au poignet, symbole de la promesse faite à soi-même des actions à réaliser pour continuer d’avancer.


En partant j’ai été touchée par le retour enthousiaste d’une participante qui a apprécié découvrir une autre facette de ses collègues, le côté humain, plus farfelu qu’ils ont accepté de dévoiler.


J’espère que cet atelier leur apportera encore bien davantage pour leur thèse et la suite.


Merci pour cette journée et de m’avoir ouvert les portes de votre université et de votre monde pour ces 3 années.


Gardez le cap sur votre boussole intérieure en même temps que sur votre montre


Et rappelez-vous que votre thèse vous allez l’écrire, la réécrire et la gommer de nombreuses fois, mais votre vie vous ne l’écrivez qu’une fois, alors écrivez la bien.





0 vue

Ethique & Engagements 

Mentions légales 

© 2018-2020 by Marina Martin, Hypnotist & NLP Practitioner.