Ethique & Engagements 

Mentions légales 

© 2018 by Marina Martin, Hypnotist & NLP Practitioner.

Rechercher
  • Marina Martin

L’Hyper sensibilité: bénédiction ou malédiction ?

Mis à jour : mars 13


On estime à 20% le nombre de la population hôte de cette spécificité.

Abstraite pour certains, mal venue pour d’autres et incomprise pour beaucoup, l’hypersensibilité se caractérise par une sensibilité plus forte que la moyenne. Une spécificité avec laquelle il est bien dommage de ne pas se familiariser dès le plus jeune âge à l’école, laissant bon nombre démunis dans leur vécu.


Petit topo en quelques points sur cette particularité aux implications encore trop ignorées.


Tout d’abord, les personnes dites « hypersensibles » sont beaucoup plus sensibles à la stimulation. Lumière vives, sons forts ou répétés, sont très agressifs. Un stress environnant qui engendre un grand stress intérieur et dérobe leur énergie. Des situations banales du quotidien deviennent vite compliquées. Aller dans un centre commercial par exemple, prend une toute autre tournure, avec la foule, le brouhaha, les musiques fortes, appels au micro, les lumières des spots, projeteurs des vitrines, écrans publicitaires, les odeurs mélangées…

D’où une saturation rapide et une plus grande fatigabilité.


Elles ressentent tout plus fort. Leurs émottions les envahissent et leurs réactions sont proportionnelles. Comment ça vous n'avez pas pleuré quand la maman de Bambi se fait tuer?! Et le papa de Simba, on en parle aussi ?!

Leur vie pourrait être représentée comme un parc d’attraction et elles sont coincées sur les montagnes russes, sans pause, avec des très hauts et des très bas.

Pour comparaison, elles ressentent plus d’émotions en une semaine que certains sur une année.


Douées de capacités empathiques, elles font aussi l’éponge. Les émotions des autres les bouleversent, surtout lorsqu’ils déversent sur elles leurs malheurs. Regarder les infos est anxiogène et nombreux s’abstiennent. Les films d’horreur sont une horreur, intenables et impensables.


Elles détestent les conflits et vont tout faire pour les éviter car elles en ressortent très impactées.


Elles placent l’autre et ses ressentis comme prioritaires et veulent éviter à tout prix de le décevoir ou le blesser. Tout d’abord, car empathiques, elles sont soucieuses du bien-être de l’autre. Et aussi car cela viendrait douloureusement appuyer sur la pensée secrète dont elles sont honteusement convaincues « d’être nulle »/ « bonne à rien ». Pensée avec laquelle elles s’auto flagellent en continu, faisant chuter chaque fois un peu plus leur estime d’elle-même et la place qu’elles s’accordent.

Commence alors, leur recherche sans fin de validation, d’approbation dans le regard de l’autre pour qu’il leur restitue leur superbe.


Très vives d’esprit et riches d’une capacité d’analyse rapide et profuse, l’esprit semble ne jamais être au repos. Compétences et qualités qu’elles vont donc mobiliser pour anticiper les réactions et potentielles attentes de l’autre ; et ainsi adapter leur comportement. Ceci en prévention d’un potentiel mal être que pourrait ressentir l’autre…ou elles-mêmes.

En quête d’authenticité, elles ont pourtant du mal à être pleinement elle-même et à s’imposer dans leurs besoins essentiels.


Les domaines professionnels et les loisirs sont également touchés.

Mal faire leur confirmerait d’être nulles, ou bonnes à rien, la crainte constamment présente dans leurs pensées. Cela provoquerait des réactions sur lesquelles elles n’ont pas main mise, et elles détestent cette absence totale de contrôle subit. Qui viendrait appuyer une fois de plus à son tour sur le fait d’être nulle ou pire encore, « pas normale ».


Ayant peur de mal faire et d’être confortées dans ces croyances (pensées répétées qu’elles pensent vraies), leur vision est biaisée. Avec leur regard scanner et leur sens du détail elles sélectionnent ainsi dans les subtilités de leur environnement leur réalité; perçoivent chaque nuance et vont donc promptement trouver confirmation dans la moindre remarque le témoignage tant craint et pourtant recherché: "je suis nulle"/ "pas normale".


Les événements se cumulent ainsi dans leur mémoire, et de la mémoire, elles en ont. Générant un psychodrame qui tourne en boucle. A vif, la moindre remarque vient appuyer directement sur tous les événements passés qui resurgissent comme un volcan en éruption. Elles ont par conséquent du mal à passer à autre chose même pour les petites contrariétés, qui ont tout de suite de grands impacts, disproportionnés.


Le drame de ces hyper réactions est basé sur la confusion entre leur identité et leur comportement, qui elles sont et ce qu’elles font. Dans la remarque, la personne hypersensible considère, de manière inconsciente bien sûre, qu’elle est remise en cause dans son existence.


De par ces peurs et leur haute sensibilité à la stimulation, elles limitent leurs activités, fuient pour se protéger, se préserver. Elles se limitent.

Elles s’évadent dans leur monde intérieur pour couper, disparaissent derrière les écrans ou dans la consommation de stupéfiants, mettent un masque, une carapace, s’inventent une personnalité-bouclier dans le but d’être moins touchées ; et ont du mal à retourner au contact de l’autre.


Le connu les rassure, c’est moins de peurs, moins de stimulations ; même s'il ne leur convient pas. Il limite les débordements compliqués à gérer d’un nouveau lieu dont on n’a pas la maîtrise, d’une nouvelle activité qu’on ne sait pas faire, avec les peurs et doutes renforcés de ne pas en être capable.


Un cocon rassurant… qui laisse en même temps le goût amer de passer à côté de sa vie.


Comme un choix à double contraintes, aucun n’est satisfaisant : d’un côté les débordements émotifs, de l’autre la peur des débordements qui conduit à une stratégie d’évitement. Et dans tous les cas beaucoup de frustration.

Leur bulle est leur prison dorée. C’est néanmoins une prison


Tout cela les épuise. Et la fatigue est le grand déclencheur des réactions émotives. C’est donc le serpent qui se mord la queue. Encore et encore.


Quand les nerfs et émotions sont à vifs, elles n’arrivent plus à penser, à rationaliser, n’ont plus les idées claires et objectives, encore moins logiques. Elles sont dans l’émotionnel. Le rationnel a disparu. Leur mémoire défaille parfois dans ces moments, le cerveau sur stimulé, « en surchauffe », n’enregistre plus.


Elles rêvent d’être quelqu'un d’autre.

Souvent, l’impression de ne pas être née à la bonne époque ou sur la bonne planète les assaille. Elles vont développer et renforcer les croyances vues précédemment « je ne suis pas normale », « je ne sers à rien » ou pire « le monde serait mieux sans moi »…

Et vivent une très grande souffrance.


Ceci entraîne également des difficultés dans les relations car elles prennent tout très à cœur; Encore plus dans les relations amoureuses. Si pour la plupart des gens, le début d’une nouvelle relation les déstabilise, pour les personnes hypersensibles c’est un véritable tsunami.


Régulièrement en hyper réaction, les pleurs sont très fréquent (ils permettent une décharge émotionnelle et produisent des hormones qui soulagent). Pour d’autres ce sera des angoisses, de la colère…


Il est fréquent d’entendre de la part de l’entourage déstabilisé par ces réactions et pas toujours à l’aise avec, des phrases du style « prends sur toi », « il faut que tu te blindes ».

Ce qui une fois encore renforce l’impression des personnes dites hypersensibles de ne pas être normales.


L’hypersensibilité ne se soigne pas, elle n’est pas une maladie. Mais bien une spécificité et un fonctionnement à prendre en compte. En premier lieu par celui qui en est porteur. Et dans une certaine mesure quand cela est possible, par l’entourage (comme par exemple ne pas s’alarmer quand des larmes coulent)

Et de garder en tête que n’est pas quelque chose qu’on choisit, c’est un fait.


L’hypersensibilité peut être une malédiction ou une bénédiction. Tout dépend de notre façon de la voir et ce qu’on en fait.


Quand elle n’est pas comprise ni prise en compte, elle nous dépasse, prend contrôle sur nos émotions, nos réactions et notre vie tout entière.

Quand elle est comprise et apprivoisée, elle apporte de nombreux avantages.


Pour cela, un travail sur soi est nécessaire :

  • apprendre à repérer les premiers signes de « surchauffe », de manière à pouvoir agir aux prémices de l’éruption et ne pas se laisser submerger plus tard (le « plus tard » est souvent un délai très court, parfois quelques secondes seulement )

  • En construisant une base identitaire solide avec un gros travail sur l’estime de soi. Apprendre à discerner que les remarques des autres ne nous remettent pas en question sur ce que nous sommes.

  • Respecter son besoin de temps seul dans le calme pour se ressourcer. Le rôle du sport ou d’une activité créative pour décharger et l’importance de la nature pour se ressourcer

  • Rencontrer d’autres personnes dotées de cette grande sensibilité pour se sentir comprise et s’entourer de gens doux aide

  • Et très important : respecter son besoin de sommeil


Quand cela est respecté, quand la personne prend en compte sa spécificité, les hypersensibles sont des personnes aux nombreuses qualités inhérentes à leur sensibilité.


  • Très agréables, elles sont soucieuses du bien-être de l’autre, auront toujours le petit mot ou la petite attention qui fait la différence

  • Ayant développé un monde intérieur riche, elles sont particulièrement créatives

  • Sont dotées d’une grande vivacité d’esprit

  • Et ont une excellente mémoire, car on retient les choses sur lesquelles on met une émotion, et on met une émotion sur tout !

  • Ressentent de la joie à un très haut niveau. Les bas sont très bas mais les hauts touchent des sommets. Et elles voient la magie dans les plus petites choses du quotidien

  • Quand elles apprennent à utiliser leurs émotions comme boussole de vie, elles savent avancer sur le chemin qui leur correspond en suivant leur joie, et éviter les personnes mal intentionnées en écoutant leur intuition


Mal vivre son hypersensibilité n’est pas une fatalité.


Accepter cette différence et la prendre en compte est la base de ce changement.

Et se rappeler que la différence, c’est la chose que nous avons tous en commun.


Et puis, savoir être tolérant et doux avec soi sur son chemin pour apprendre à s’apprivoiser.


Si vous connaissez dans votre entourage, des personnes qui se reconnaîtront dans cette description, faites leur lire, et partagez au plus grand nombre.


Au plaisir de vous accompagner sur votre chemin,


Marina

Magnifique vidéo sur l'hypersensibilité


Séries d’illustrations, explicatives et très bien faites de Pierrick Martinez


43 vues