Rechercher
  • Marina Martin

Gérer sa peur #covid-19

Mis à jour : mars 19



La peur est une émotion présente pour nous informer d’un danger, réel ou potentiel. Elle engendre un stress, pour nous préparer à fuir ou attaquer.

Voici donc une synthèse des informations et mesures actuelles, pour mieux comprendre, mesurer le danger, reprendre les commandes sur sa peur en appliquant les bons gestes et étant ainsi de nouveau acteur de sa santé et de sa protection ; et ainsi réduire votre anxiété qui affecte votre système immunitaire.


Mode de transmission


Il existe 4 voies de transmissions. Celle du Covid-19 est la voie "gouttelettes respiratoires".

C’est-à-dire par tous les postillons, éternuements, toux, projetés.


Il peut y avoir une transmission directe ou aéroportée.

  • Directe : Qui se déposent sur les muqueuses d’une autre personne (yeux, nez, bouche). Elles sédimentent rapidement et ne vont pas plus loin qu’un mètre. Pour info, un éternuement produit environ 40 000 gouttelettes, tousser 3000, et cinq minutes de parole 3000.

  • Aéroporté : véhiculée sur de plus longues distance et sont inhalées par l’hôte

  • Indirecte : par extension, par manuportage (Manu portage hihihi), quand on touche une surface contaminée.

Comme vous l'avez compris, on n’attrape pas le virus par les mains, mettre des gants ne sert à rien (des gants de ski en plus!!), c’est même ridicule car vous vous sentez protégé et allez mettre ceux-ci en contact avec votre visage, proche des zones à protéger.

Et nous mettons nos mains à notre visage 60 fois par jour de façon inconsciente.




S’en protéger


Les mesures barrières préconisées sont donc adaptées à ce type de transmission:

  • Respecter les distances d’un mètre entre deux personnes

  • Tousser ou éternuez dans un mouchoir (plutôt que dans vos mains) et le jeter après utilisation

  • Ou tousser dans votre coude : évite de postillonner sur le voisin, d’en balancer plein l’air ou de contaminer des surfaces que d’autres vont toucher

  • Vous laver régulièrement les mains, particulièrement après contact avec des sécrétions respiratoires ou des objets contaminés

  • Le confinement permet que chacun garde ses microbes sans les éparpiller ni d'attraper ceux du voisin

Et aussi:

  • Aérer les espaces de personnes qui toussent

  • Pensez à nettoyer régulièrement vos lunettes et votre portable

  • Ne pas toucher les muqueuses (yeux, nez, bouche) avec des mains potentiellement contaminées (mettez du vernis rouge si besoin pour vous rappeler de ne pas porter vos mains à votre vissage, attachez vos cheveux pour ne pas remettre en place les mèches qui traînent devant vos yeux)


Les étapes du lavage de mains efficace



Vous l’avez compris, le lavage des mains est primordial car il vise

  • A ne pas vous contaminer

  • Coupe la chaîne de transmission en éliminant une grande partie des micro-organismes acquis par la toux ou des surfaces contaminées


Ce virus est nouveau mais sa méthode de contamination « gouttelette » est connue comme pour de nombreux autres virus. Les méthodes barrières sont des recommandations générales simples et efficaces à appliquer scrupuleusement.


Il n’existe aucune preuve que nos animaux domestiques jouent un rôle dans la propagation du virus, merci de ne pas les abandonner.


Point sur les masques :


Les masques rectangulaires (chirurgicaux) que beaucoup portent en ce moment, servent à protéger l’environnement des microbes de la personne qui le porte. Le chirurgien les met pour ne pas vous transmettre ses microbes pendant une opération.

Ce sont les personnes qui toussent qui doivent en mettre pour ne pas contaminer leur entourage. Et doivent, encore mieux, s’isoler.

Les masques sont efficaces 3h seulement, moins longtemps encore s’ils sont humides, et une fois portés sont contaminés ne peuvent plus être réutilisés.


A l’hôpital, existent des masques « canards » (FFP2) réservés aux professionnels de santé pour les soins, afin de réduire le risque d’infection.

Ils ressemblent à des filtres à café (n’allez pas dévaliser ce rayon)


En milieu de soin, les soignants portent des masques pour deux raisons : ne pas contaminer et ne pas être contaminé. Il faut les leur laisser en priorité.


Pour vous, les masques sont une fausse protection. Soit ils ne servent à rien (à moins que vous ne soyez un postilloneur chronique dans ce cas vous avez raison de protéger les autres). Soit ils empirent le problème car si vous le touchez avec des mains contaminées, il est infecté. Et comme vous l’avez en direct près de vos muqueuses, vous augmentez le risque de contamination


Donc si vous n’êtes pas malade, ne portez pas de masque et laissez-les aux soignants.


Les symptômes


Ressemblent à un syndrome grippal avec infection respiratoire:

  • Fièvre

  • Toux sèche (sans crachat) et mal de gorge

  • Mal de tête

  • Fatigue

  • Courbatures

  • Difficultés respiratoires

Le temps d’incubation est de 5 à 14 jours. C’est-à-dire que pendant ce temps, on est porteur, sans symptôme et qu’on peut être contagieux. Idem pour notre entourage même s’il n’y a pas de signe apparent pour l’instant.


Que faire si on a ces symptômes ?


Appelez votre médecin traitant, qui vous donnera la suite des consignes : téléconsultation, consultation au cabinet, ou vous orientera vers le samu.

Ne vous présentez pas spontanément dans les établissements de santé car

  • Vous risquez de contaminer tout le monde

  • Si ce n’est pas le coronavirus mais une grippe ou autre, vous risquez en plus de le chopper (les services d’urgence sont considérés comme zone à haute densité virale)

Donc par soucis de protection du personnel soignant, des patients et pour vous même, respectez aussi cette procédure.


Le test de dépistage Covid-19 ne se fait plus en automatique mais un isolement strict est prescrit pour les personnes classées « cas suspect ou confirmé ».

Pour assurer un isolement efficace, vous restez dans une pièce séparée pour ne pas contaminer le reste de votre famille. Toilettes et salle de bain, si elles sont partagées, doivent être désinfectées très régulièrement, les pièces aérées.

Vous êtes en autosurveillance (vous, votre famille) ou avec un suivi médical plus ou moins renforcé, laissé à l’appréciation de votre médecin selon votre état de santé et votre capacité de compréhension et d’application des règles.


Le 15 ne doit servir qu’en cas de détresse respiratoire aiguë.


Rappelons-le :

80% des personnes contaminées ne présentera qu’une forme bénigne ou modérée, sans gravité.

Pour eux sera préconisé le maintien à domicile.

L’hospitalisation doit être réservée pour les cas les plus graves, estimés à environ 6% pour les cas critiques.

Les capacités d’hospitalisation sont limitées, il ne faut donc pas les engorger.


Actuellement, chaque région, sous la coordination de l’ARS établi un état des lieux des capacités d’accueil existantes, les moyens matériels disponibles (respirateurs, oxygène…) et les soignants susceptibles de suppléer et venir en renfort (pour ceux qui se poseraient la question, je suis évidemment listée et peux être réquisitionnée en cas de besoin)


La propagation du virus


Ces mesures sont demandées pour freiner la propagation de l’épidémie (pandémie à présent puisque 137 pays sont touchés) et limiter le nombre de personnes atteintes en même temps pour que notre système de santé puisse gérer. En effet nous avons un nombre de places limité dans les hôpitaux et le nombre de soignants l'est aussi.


La situation évolue positivement en Chine, ce n’est pas pour autant qu’on doit relâcher nos efforts.


Désolée pour le stéréotype à venir, mais après de nombreux voyages, j’ai observé chez ceux que j'ai rencontré, que les chinois ne sont pas particulièrement un peuple de contact, les interactions sont distantes, le contact est codifié, ils ont le sens d'écoute de l’autorité. Et ils ont peur des microbes.

Donc même si ils sont 1 milliard, chez eux ça se résorbe.


Nous français… nous sommes plutôt un peuple à l’esprit rebelle « la prise de la bastille hein, qui c'est qu'a pris la Bastille?! », on aime remettre les règles en question « mais je pouvais rouler largement à 70, c’est dégueulasse de m’être fait flashé, 50 km ici c’est pas justifié », la liberté est notre emblème et on aime le contact. Ya qu’a voir quand ya un but lors d'un match, tout le bar saute ensemble et se prend dans les bras. On aime la proximité, se faire la bise, se taper dans le dos. On est des bons vivants.

Donc aller à l'encontre de cette spontanéité n'est pas chose aisée.


De plus, l'humain est un animal grégaire.

Il a besoin de se rassembler, être proche, se toucher, encore plus quand on a peur, on se tourne naturellement vers nos congénères dont la présence rassure.

Le confinement et l’isolement sont durs. Surtout lorsqu’on nous dit que l’autre, au lieu d’être rassurant, est source potentielle de contamination. Mais il est nécessaire.


Le stade 3 c’est quoi ? C’est là où on en est. Ça veut dire que le virus circule activement, on ne cherche plus à l’isoler mais on mobilise tout notre système sanitaire avec une grande coordination de l’ensemble des acteurs du système de santé pour limiter les conséquences.

Le stade 4 sera une bonne nouvelle, c’est que les choses rentrent dans l’ordre.


L’origine du virus :


On a une version officielle, et on voit d’autres théories apparaître. Je ne sais pas si on saura jamais toute la vérité mais l’important c’est que le virus est là. Et la priorité c’est d’en limiter les dégâts.

L’heure n’en est pas à qui la faute mais à la gestion des risques.


Pour imager mes propos, je vais reprendre la métaphore de la fosse à purin d’un film que j’aime bien: « Oui mais ».

Imaginons que la situation que nous vivons soit représentée par une grande fosse à purin. Aujourd’hui nous sommes tous dedans, ou plus ou moins proche du bord.

La priorité n’est pas de savoir qui a creusé la fosse en restant barboter dedans mais d'en sortir: ce sont les méthodes barrières proposées.

Une fois qu’on en sera tous sortis, propres, secs et en sécurité, on aura tout le temps et le loisir le lire plein de livres sur le purin.


C’est d'ailleurs tout le principe des Thérapies Brèves : est-ce que les choses sont utiles ou limitantes.

Là l'utile est de sortir de ça vite fait.


La participation de chacun est importante, c’est la responsabilité individuelle au service du collectif.


Même si vous n’avez pas déclenché les symptômes, vous pouvez être porteur : le virus reste actif plusieurs heures sur les surfaces inertes donc ce que vous touchez va garder le virus et les autres qui vont le toucher vont le récupérer aussi

Et même si vous vous en foutez, ça ne touche pas que vous mais aussi :

  • Votre mamie, papy, voisine âgée et autres personnes « fragiles », malades chroniques, immunodéprimés… pour qui le virus est dangereux

  • Les soignants, sur le front, ont une charge de travail ingérable, pouvant entraîner des fautes professionnelles liées à la surcharge et la fatigue, mettant tous les patients en danger. Sans compter le risque d’être contaminé à leur tour.

  • Le confinement dure plus longtemps aggravant la récession et mettant dans la merde de nombreuses entreprises et travailleurs indépendants

  • Et on reste cloîtré chez nous


La liberté des uns s’arrête donc où commence celle des autres.

Certains ne respectent pas les consignes et se plaignent qu'on soit dans ce purin et que ça va durer, alors qu’ils ont sauté tout seul dedans volontairement, et entraîné leurs voisins avec.


L’alimentation et la panique


Après entretien avec la direction d’une grande société de transport de la région voici ce qu'il faut retenir:

"Les supermarchés sont ravitaillés pour tout ce qui est alimentaire:

  • Il n’y a pas de danger pour tout ce qui est alimentaire, sur le transport et livraison.

  • Et il y aura toujours des mecs qui font des fruits et légumes (merci à nos paysans)

Plus c’est vide, plus ça produit, plus ça ravitaille, on fonctionne à plein pot en ce moment.

Nous sommes une entreprise d’intérêt public donc même si possiblement réquisitionnable par l’état, les militaires poursuivraient les ravitaillements. Et même si on imagine le pire,qu’il n’y avait plus de conducteurs, tous atteints, les militaires prendraient le relais.

Si il manque certains produits en rayon en ce moment…Les transporteurs c’est comme les soignants, ils ne peuvent pas se multiplier, le produits sont là, vont être produits, vont être livrés, arrêtez de piller. Il n'y a pas de problème de rationnement.

Vous entraînez des problèmes supplémentaires : car pour gérer cette crise, certains restent sur le terrain alors qu’ils pourraient être en télétravail. Et font des horaires de fou alors qu’ils devraient être rentrés et avec leur famille depuis longtemps."


Donc rien à craindre de ce côté là apparemment.

Et quand on regarde en Italie, ils ont 3 semaines d’avance sur nous et ça se passe bien, alors il est temps de souffler.


En conclusion, il ne faut pas:


  • Partagez votre mouchoir plein de morve

  • Piller les magasins: évitez la surconsommation préventive car elle met les transporteurs dans la merde

  • Braquer les camions de masques

Pour les contaminations par les autres muqueuses du corps… je n'ai pas d'info, donc pour ce qu’il en est des camps naturistes avec certaines muqueuses à l'air (on a quand même moins ce problème en mars avouez) ou de certaines pratiques…rapprochez-vous de votre médecin traitant et par prévention optez pour le port du slip en contrôlant l’accès à la zone (rappel ce n'est pas une ist).


La conclusion : il ne faut pas avoir peur mais il ne faut pas être négligeant non plus. Respectez les mesures d’hygiène standard et tenez vous au courant de l’évolution de ces consignes.


Ces recommandations sont régulièrement mises à jour en fonction de l’évolution du risque et découvertes faites.

Si vous voulez plus d’info sur le coronavirus vous pouvez vous renseigner sur les site du gouvernement.

Un numéro est prévu à cet effet (0800 130 000)


Et en attendant, restez zeeeen et soyez prêts à mettre ce temps de confinement à profit :)


Prenez soin de vous et à bientôt.

Marina

Qui je suis?

Mes prestations

79 vues

Ethique & Engagements 

Mentions légales 

© 2018-2020 by Marina Martin, Hypnotist & NLP Practitioner.