• Marina Martin

Et si nos problèmes venaient de nos émotions… qu’on ne sait pas écouter?!

Mis à jour : il y a 5 jours



Les émotions… On ne leur fait pas la part belle! Force est de constater qu’une majorité d’entre nous ne sait pas à quoi elles correspondent et se contente de les réfréner ou de les subir. Pourtant, savoir ce que nous ressentons facilite grandement notre vie et nos relations. C’est même indispensable. Certains le font intuitivement, pour d’autres c’est moins évident. Alors, pour ne plus vous perdre dans les trous noirs de votre univers émotionnel, voici un petit manuel explicatif à destination des êtres d’émotions que nous sommes: des humains. Oui oui, même vous messieurs.


Qu’est-ce qu’une émotion?

Bien loin d’être une faiblesse ou une anomalie, nos émotions sont des indicateurs. Elles nous informent en temps réel du niveau de satisfaction de notre être, et visent à nous faire réagir pour maintenir notre équilibre intérieur. Comme une boussole qui pointe sur nos besoins, elles nous permettent d’aller là où on est bien, d’éviter le danger, nous défendre, signaler un manque... Leur rôle à chacune est de nous indiquer ce qu’il est nécessaire de corriger pour revenir à la joie. C’est un système de guidage très efficace quand on sait l'écouter.


Ces émotions, quelles sont-elles?

L’Analyse Transactionnelle reconnaît 4 émotions de base, communes à tous les êtres humains dès le plus jeune âge. Chacune est porteuse d’une signification qui lui est propre :

  • La colère se manifeste pour défendre une injustice, fixer et faire respecter nos limites

  • La tristesse signe une perte ou un manque

  • La peur nous prévient d’une menace potentielle et nous maintient en état d'alerte

  • Certains courants de pensée ajoutent le dégoût, présent pour nous éviter de nous empoisonner, par des aliments ou des personnes allant contre notre morale

  • La joie, seule émotion agréable, se ressent quand nos besoins profonds sont satisfaits. C’est cet état que nous tentons sans cesse de retrouver.


Pourquoi elles surgissent au pire moment ?

Bien au contraire. Leur timing est parfait pour attirer notre attention sur ce qui pose problème et nous faire réagir. Même si c’est vrai qu’on se serait bien abstenu de jeter le café à la tête de notre chef qui nous a refusé la promotion tant attendue.


Pourquoi je réagis comme ça et d’autres différemment?

Entre la prise en compte d’un élément et la réaction qui en découle, se passent toute une série de processus internes de traitements de l’information. Quand on voit une souris par exemple. Ce qui fait qu’on aura peur, qu’on percevra du dégoût ou qu’on la trouvera toute mignonne (et même qu’on voudra aller à Disney!) ce sont les mécanismes qui se déroulent dans l’esprit de chacun et qui lui sont propres.


Pourquoi je réagis aussi fort?

On a parfois impression que notre réaction est démesurée. Du style la crise de larme parce qu’on vous a piqué une frite. Pourquoi?

  • Le cumul. Ce n’est pas juste l’émotion et l’évènement du jour qui sont en jeu. Mais ceux de l’année ou des dix dernières années qu’on n’a pas su écouter, qui déboulent en force. Ils se juxtaposent chaque fois que ce contexte ou cette émotion reviennent. C’est toujours moi qui donne mes frites aux autres!!!

  • Une de vos valeurs a été enfreinte. Les valeurs, nous le verront plus tard, font partie de vos fondations (le respect ou la justice par exemple). C’est votre cadre. La secousse est donc virulente si elles sont atteintes. Joey pas partager son bon manger! (Pour les adeptes de Friends)

  • La réaction directe à une blessure qui se ravive: qui je suis, la place que je peux avoir, comme je me considère… et fait un raccourcis à un évènement de votre histoire. Vous vous rappelez, ce grand CM2 qui vous avait tiré une couette, piqué vos frites et disait que vous étiez nul ?!

  • En réaction à un trauma, évènement où vos piliers ont été ébranlés. Deux types masqués vous piquent une frite sous la menace. Sur le coup la réaction est tout à fait normale. Si elle perdure en revanche …


Parfois ça déraille. Pourquoi ?

Parce qu'on refuse d'entendre, qu'on ignore ou répond mal à ce que notre émotion nous demande.

Une émotion vient délivrer une information. Son rôle rempli, elle repart. Mais si on ne l'écoute pas, elle insiste, persévère.

Pour contrebalancer cette émotion tenace désagréable, une compensation s’installe pour tenter de fuir ce mal être: nourriture, tabac, alcool, drogue… Les tentatives de compensation diverses éclipsent le vrai problème. On ne voit plus que la conséquence sur laquelle on se focalise: on prend du poids, on fume, on a le lever de coude facile… Ces fausses réponses à un vrai besoin viennent rendre plus difficile l’accès au message qui tente de se faire entendre.

Et si l’on persiste à faire la sourde oreille? Elles vont trouver un autre moyen de se faire entendre. Parfois par le corps: la somatisation commence.

Il vaut donc mieux être attentif aux premiers messages pour corriger le tir.


Utiles ou limitantes ?

Les émotions en elles-mêmes ne sont ni bonnes ni mauvaises. Elles indiquent. Et si on ne les écoute pas elles répètent et indiquent plus fort. Normalement utiles, quand elles ne sont pas entendues, elles deviennent parfois pathologiques. C’est la différence entre la colère saine (vous dites stop) et la colère défouloir (vous en voulez au monde entier). La tristesse temporaire ou chronique. La peur ponctuelle et la peur de vivre.


Comment on fait pour reprendre le contrôle ?

Spoiler: brider ses émotions ne marche pas. Au contraire, plus on les accepte, plus elles passent vite. Et plus on peut les rendre constructives. Pas le choix, il faut apprendre à s’écouter.

  • La première étape: les accueillir!

Quelle est cette émotion? Nommez-la. “Je suis triste, en colère”. Quelle qu'elle soit, c'est OK, vous avez le droit de la ressentir. Prenez le temps d'écouter comment elle se manifeste dans votre corps: un nœud dans la gorge, une boule dans l’estomac, des contractures aux épaules, un recul du corps… Et observez comment elle chemine, évolue dans votre corps. Jusqu'à s'en aller, et vous laisser tranquille.

  • Deuxième étape: comprendre le message et les enjeux cachés et y répondre!

Se poser et écouter pour comprendre le message qu’elles viennent apporter. Si vous le repoussez constamment, le laissez dans le tumulte du quotidien, il reste flou. Comme l’eau d’une rivière. Si l’on plonge la main dedans et qu’on brasse, l’eau devient trouble, on ne voit plus rien. Par contre si on la laisse reposer, alors elle se décante et devient limpide.

Concrètement ça peut vouloir dire sortir de la pièce ou de la situation, pour prendre de la distance, au propre comme au figuré.

Identifier rapidement son émotion et en comprendre le besoin va permettre d'y répondre plus facilement et ainsi retrouver un état calme et apaisé de satisfaction. La CNV (communication non violente) explique comment trouver le besoin caché derrière son émotion. Cela peut sembler pharaonique et pourtant, la nature ne vous en aurait pas doté si vous étiez incapable de vous en servir.


Comment changer d'émotion instantanément?

Il existe différentes façons. Pas pour les couper mais pour mettre une émotion plus adaptée à la situation du moment.

Vous pouvez imaginer votre émotion telle un nuage qui vous englobe. De quelle couleur est-il? Quelle est sa taille? La lourdeur de l’atmosphère?…

Sortez de ce nuage, laissez le derrière vous, emporté par un souffle de vent.

Décidez quelle émotion vous serait plus utile pour ce moment. Et créez un nouveau nuage plus léger, de la couleur de votre choix.

Vous pouvez même compléter ce changement en vous remémorant un souvenir positif, contenant l’émotion que vous avez besoin de contacter: par exemple la sérénité. Replongez dans ce moment. Comment était votre corps? Détendu? Assis? Allongé? Votre voix? Douce? Vous chantiez? Sur quoi étaient focalisées vos pensées? Sur le bruit des vagues et cocotiers? Replongez dans ce souvenir et cette émotion, et ramenez-la avec vous au présent.

En l’espace que quelques minutes cela vous permet de vous poser et de défocaliser du problème pour voir d’autres solutions apparaître.


La prévention

Gérer l’urgence c’est bien. Prévenir l’urgence c’est mieux.

  • L’hygiène de vie: veillez à respecter votre rythme et votre quota de sommeil. Quand on a dormi, on est quand même moins à vif.

  • Ayez une activité physique régulière. Les bienfaits de l’exercice ne sont plus à démontrer, entre le mouvement, l’oxygénation du corps, la production de toutes ces petites hormones, il apaise, nous pose, et nous avons les pensées plus claires.

  • Prenez de l’espace avec les personnes et les lieux qui vous épuisent et vous font sentir mal.

  • Choisissez avec précaution vos pensées. “Je peux m’améliorer” ouvre plus de perspectives que “je suis nul”. Sauf la perspective d’une soirée à manger de la crème glacée directement au pot pour vous réconforter. (Je vous parlerai des croyances dans un autre article)

  • Ayez une activité de décharge. Que ce soit le sport, la danse, la peinture, le bricolage, l’écriture… une activité qui vous aide à vider le trop-plein de la journée et qui vous fait du bien

  • Rechargez. Faites ce qui vous met en joie et faites le plein de bonne énergie. Laissez une place à ce qui vous fait vibrer. Écoutez et suivez votre joie. Cultivez-la. Les gens heureux attirent à eux d’autres bonheurs.


Le mot de la fin:

Il est bien dommage que parmi les différentes formes d'intelligence reconnues, notre société mette tant en avant la logique des maths et la linguistique, en délaissant d’autres pourtant indispensables, comme l’intelligence émotionnelle. Pourtant, la plus grande intelligence n'est-elle pas celle de se connaître et se comprendre pour vivre heureux, en harmonie avec les autres ?

Que vous ayez des prédispositions ou qu’au contraire, ce ne soit pas dans votre constitution, être attentif à soi et faire cet apprentissage est salutaire. C’est même la clé indispensable à une vie épanouie.

Alors apprenez ce décodage, décryptez les messages et osez écouter votre joie.


Pour aller plus loin :

- Film d’animation Vice-versa, Disney

- Bande dessinée Les émotions : enquête et mode d’emploi, Art-mella

- Et un travail ensemble si vous le souhaitez


Marina

Qui je suis

Mes prestations

Ethique & Engagements 

Mentions légales 

© 2018-2020 by Marina Martin, Hypnotist & NLP Practitioner.